« Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent et pleurez avec ceux qui pleurent. » Rm 12(15)

Il y a des moments dans la vie où l’on se sent abandonné par tous… et même par Dieu. Il y en d’autres où il nous semble qu’on pourrait toucher la main du Seigneur, tant Il est proche. Et puis, il y a tous ceux qui nous entourent, nos familles, nos amis, nos voisins avec qui nous partageons joies et peines.

Dans de grandes tristesses, nous aimerions vraiment pouvoir trouver les mots qui sauront consoler et réconforter l’âme en peine… Nous cherchons, mais rien ne vient, si ce n’est des larmes. Nous partageons alors l’affliction de ceux que nous aimons. Ce partage-là n’a pas besoin de mots. Nous restons muets, mais au travers de nos pleurs, de notre compassion, il y a l’amour véritable de Dieu qui se révèle. Dieu s’approche de nous, vient au milieu de nous et nous console de sa seule présence.

D’autres fois, la joie est si grande, si communicative que, soit nous rendons grâces au Seigneur de pouvoir vivre un tel moment, soit nous l’oublions un peu, tout étourdis que nous sommes. Là aussi, sans que nous l’appelions, il vient chanter avec nous.

Que ce soit dans la peine ou dans la joie, nous ne marchons pas seuls sur le chemin de la Vie. Il y a ce Dieu d’amour qui nous porte et nous soutient. Il est triste quand nous sommes tristes, il est gai quand nous sommes gais.

N’oublions pas qu’il y a autour de nous, que ce soit près ou loin, des frères, des sœurs, des amis et même des inconnus qui prient pour nous qui, aujourd’hui peut-être, vivons des moments de doutes, des remises en question, des révoltes. Et n’oublions pas non plus que Dieu accueille ces prières-là avec bienveillance et qu’Il les exaucera selon Sa volonté, qui nous déconcertera certainement.

Dans nos prières, ne manquons pas de remettre à Dieu toutes ces personnes connues comme inconnues avec qui nous nous réjouissons et avec qui nous pleurons. C’est en étant solidaires les uns des autres, proches de ceux qui souffrent que nous donnerons une chance à notre Seigneur de montrer tout l’amour qu’il nous porte.

Dans nos larmes et dans nos rires, il y a Dieu, le Miséricordieux, le Consolateur, l’Ami fidèle.

Print Friendly, PDF & Email