CE QUE MERITE VOTRE ENFANT

                               « Les enfants sont un trésor, la récompense donnée par le Seigneur » Ps 127.3, 

Vos enfants méritent :

1) du temps, pas ce qui reste en fin de journée, mais un temps prioritaire. Si vos enfants n’ont pas leur place dans votre emploi du temps, faites quelque chose, et vite. Sinon un jour viendra où c’est vous qui ne ferez pas partie du leur. Passer simplement trois heures avec eux devant la télé ne fait pas l’affaire. Vous leur devez une « présence affective ». Parfois ils seront témoins de vos peurs et de vos doutes, mais aussi du plaisir et de la satisfaction qu’ils vous donnent.

2) de l’ouverture d’esprit. Nos enfants peuvent nous apprendre tant de choses sur eux, sur nous, et sur Dieu. Quand nous réalisons que nous n’avons pas réponse à tout, nous permettons à Dieu de nous parler à travers nos enfants. Cette attitude fortifie leur foi, les aident à rester réceptifs aux enseignements, et vous permet de rester jeune.

3) une structure. Pendant qu’ils grandissent, il est vital d’établir des règles et de fixer des limites. Il faut aux enfants des rails et un cadre pour se sentir en sécurité. Instaurez par exemple une heure de coucher que vous modulerez en fonction de leur âge. Ils comprendront ainsi que l’âge apporte la liberté, mais pas toute d’un coup, car ils ne sont pas aussi prêts qu’ils le croient à assumer les responsabilités que la liberté implique. Ne cherchez pas à être leur meilleur(e) ami(e), ou à les utiliser pour combler vos besoins affectifs. Leurs épaules ne sont pas assez larges. Ayez confiance en Dieu et en vous. Cherchez les bons encouragements. Bref, efforcez-vous de devenir le parent modèle que vos enfants méritent.

« Fais-les avancer vers moi, pour que je les bénisse » Gn 48.9

Voici encore trois choses que vos enfants méritent de votre part :

1) Pardonnez-leur, et soyez prêt à leur demander pardon. Par là, vous leur apprenez que :

a) nous devons tous assumer les conséquences de nos actes. C’est une manière de grandir.

b) l’échec ne nous met pas en faillite ; c’est juste une façon d’apprendre et de mûrir. Ça fait partie du jeu.

c) nous devrions vite étendre aux autres la même grâce que nous avons si souvent reçue.

2) Faites la part des choses. À l’approche des douze ans de son fils, un homme était devenu anxieux et déprimé. Peu après la fête d’anniversaire du garçon, le père avait feuilleté un album photo de sa propre enfance. Il s’est soudain souvenu qu’il avait douze ans quand son père est parti et s’est suicidé. Voir son fils arriver au même âge lui faisait peur parce que cela ouvrait d’anciennes blessures non guéries. Il lui a fallu une aide psychologique pour retrouver la paix et constater qu’il était très différent de son père et que lui n’abandonnerait pas sa famille.

3) Bénissez-les. « Joseph répondit à son père : Ce sont mes fils, que Dieu m’a donnés ici. Israël dit : Je t’en prie, fais-les avancer vers moi, pour que je les bénisse ». Vos valeurs et les bénédictions dont vous jouissez sont destinées à être transmises à vos enfants et petits-enfants. Que vous exprimiez vos sentiments de vive voix, ou par mail disant que vous êtes fier(e) d’eux, bénissez vos enfants en toutes occasions.

« […], afin que tu sois heureux, toi et tes fils […] » Dt 4.40

Nous sommes parfois effrayés de voir à quel point nos enfants nous ressemblent. Nous les voyons combattre les mêmes peurs, les mêmes penchants que nous avons connus. Nous les voyons faire les mêmes sorties de route que nous, et c’est dur de ne pas vouloir les sauver. Mais quelquefois c’est impossible. Ils ont grandi avec leur propre mentalité, leurs forces et leurs rêves. La parabole du fils prodigue devrait au moins nous apprendre une chose : Même une bonne éducation n’empêche pas un enfant de se fourvoyer. Que faire alors ? Prier pour eux, et être présent à leur retour. Plus d’un adulte accompli a été autrefois prodigue, sauvé par la prière d’un parent qui refusait de lâcher prise. Si vos activités vous empêchent de trouver un temps de prière pour vos enfants, vous avez de fausses priorités. Rien n’est plus précieux que le temps que vous passez devant Dieu à intercéder en leur faveur. Vous dites : « Mais je ne sais pas comment prier ». Essayez ceci : « Père, je m’inquiète de la voie que prennent mes enfants. J’ai l’impression qu’ils ne m’entendent pas et n’ai aucune influence sur eux. Mais toi, tu peux les atteindre. Tu peux leur rappeler ce qu’ils ont appris et provoquer les événements qui les ramèneront vers toi. Ta Parole dit que si je t’obéis, tout ira bien pour moi et mes enfants. Je m’appuie sur ta promesse, persuadé(e) qu’ils choisiront de te servir et de marcher dans ta bénédiction pour le restant de leur vie. Dans le nom de Jésus. Amen ».

« Bob Gass » Extrait de Sa Parole pour Aujourd’hui
Cette brochure trimestrielle est disponible gratuitement.
Adressez-vous à SPPA, BP3 24220 St Cyprien, ou téléphonez au 05 53 30 32 81
Ou encore téléchargez le bulletin d’abonnement sur www.saparole.com »

Print Friendly, PDF & Email