I.V.G. LA PAROLE. LE PARDON DE L’EGLISE.

 A l’occasion de l’Année Sainte, le « jubilé de la miséricorde« , qui vient de débuter en décembre 2015, le pape François a  demandé aux prêtres d’accorder le pardon à tous les catholiques qui ont avorté ou provoqué un avortement, à condition qu’il y ait une démarche de repentance.  Certains chrétiens ayant eu recours à cette pratique, n’ont pas véritablement pris  conscience de la gravité et de la portée de cet acte.  L’avortement n’est pas un acte banal ou anodin.  Bien-aimés, quelles qu’en soient les raisons, l’avortement est un meurtre devant Dieu. Il doit être confessé comme tel par ceux qui l’ont pratiqué et ceux qui ont donné leur accord pour le faire. Notre but ici n’est pas de vous culpabiliser  ou de vous faire remémorer  ces moments particulièrement difficiles ; nous avons conscience de la douleur et parfois de la honte et de la culpabilité que vous avez ressenties. Nous voulons simplement  vous présenter des versets qui vous aideront à mieux aborder cette décision et cet acte lourds de conséquences :

La vie de l’embryon : ces versets mettent en évidence le fait qu’il y a une  vie humaine person­nalisée dès la conception et que le fœtus est déjà un homme, ou une femme, dans la pensée de Dieu. La vie est sacrée et l’embryon est un être vivant à part entière pour notre Dieu.

Jérémie 1(5) « Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations. »

Psaumes 139(1316) : « C’est toi qui as formé mes reins, Qui m’a tissé dans le sein de ma mère.  Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.   Mon corps n’était point caché devant toi, Lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.  Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m’étaient destinés, Avant qu’aucun d’eux existât. »

Isaïe 66(9) : « Ouvrirais-je le sein maternel, Pour ne pas laisser enfanter? Dit l’Éternel; Moi, qui fais naître, Empêcherais-je d’enfanter? Dit ton Dieu. »

L’interdiction de tuer : la bible ne parle pas spécifiquement de l’avortement. Toutefois les écritures démontrent clairement le point de vue de Dieu au sujet du meurtre. Pour le Chrétien, l’avortement reviendrait à un droit de vie ou de mort sur un être créé à l’image de Dieu.

Deutéronome 5(17) OU Exode 20(13) : « Tu ne tueras point »

Exode 21(12) : « Celui qui frappera un homme mortellement sera puni de mort. »

Matthieu 5 (21-26) : Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens: Tu ne tueras point; celui qui tuera mérite d’être puni par les juges.  

Exode 23(7) : « Tu ne prononceras point de sentence inique, et tu ne feras point mourir l’innocent et le juste; car je n’absoudrai point le coupable. »

Exode 23(26) : « Il n’y aura dans ton pays ni femme qui avorte, ni femme stérile. Je remplirai le nombre de tes jours. »

Le sang innocent : le sang est une sorte de sceau divin, c’est comme la signature de Dieu au contrat d’alliance qu’il a passé avec son peuple. «Verser le sang » veut dire tuer quelqu’un. L’avortement est le meurtre d’un innocent  et une fois ce sang versé, il crie vengeance à DIEU contre vous.

Genèse 4(8-10) : « Cependant, Caïn adressa la parole à son frère Abel; mais, comme ils étaient dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel, et le tua.  L’Éternel dit à Caïn: Où est ton frère Abel? Il répondit: Je ne sais pas; suis-je le gardien de mon frère? Et Dieu dit: Qu’as-tu fait? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi. »

Psaumes 106 (38) : « Ils répandirent le sang innocent, Le sang de leurs fils et de leurs filles, Qu’ils sacrifièrent aux idoles de Canaan, Et le pays fut profané par des meurtres. »

Isaïe 1 (15) : « Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux; Quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas: Vos mains sont pleines de sang. »

Dans la Bible, Dieu se présente aux hommes comme le Vivant. C’est lui l’auteur de la vie. Les hommes l’invoquent comme « le Dieu vivant » qui « perdure à jamais (…) qui sauve et délivre, opère signes et merveilles » (Daniel 6, 27). Dieu est aussi celui qui pardonne. Pour ceux qui ont eu recours à l’avortement, l’ont encouragé ou même pratiqué : PAR LA FOI EN JESUS CHRIST, TOUS NOS PECHES SONT  PARDONNES (voir Jean 3,16 Romains 8,1). S’ils se repentent, ils recevront le pardon qui manifestera la miséricorde du Père et par conséquent son amour pour ses enfants.

Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu, et la communication du Saint-Esprit, soient avec vous tous !

Vous pouvez lire sur le même sujet «Prière après avortement ( I.V.G.) » dans la rubrique prières spécifiques / Famille.

04/12.15

David DELLON

Print Friendly, PDF & Email