Des clés pour comprendre

LA GUERISON PAR LES MEURTRISSURES DE JESUS

 

C’est par les meurtrissures de Jésus que nous sommes guéris. Comment le comprendre ? Trois textes fondateurs :

Is 53 (4-5) :« Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. »

Mt 8 (16-17) : «  Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies. »

1 Pi 2(24) : « lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris. »

Notons bien : Lui (c’est Jésus) par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.

–       C’est un fait accompli ! Accompli il y a plus de 2000 ans.

–       Et aussi, ce sont nos maladies et nos souffrances qu’il a portées et non pas la maladie, ni la souffrance en général.

Croyez à la Parole de Dieu. Ces versets ne sont pas des promesses, mais des faits, des certitudes. Jésus a pris sur lui, nos souffrances et nos maladies. Tout cela s’est passé sur la croix. Jésus n’a jamais été malade : tout s’est accompli spirituellement. La maladie a un fondement spirituel. Plus exactement la maladie a à la fois une origine spirituelle et une manifestation physique.

La médecine s’occupe essentiellement de la dimension physique de la maladie.

C’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Les meurtrissures de son corps flagellé par les coups, par la couronne d’épines qui ont transpercé son crâne, ses mains, ses pieds cloués à la croix.

Pour mieux vous faire comprendre, prenons le  pardon des péchés.

La Parole de Dieu dit en Hb 9(22) : « sans effusion de sang il n’y a pas de pardon»

 Or, Jésus est mort pour nos péchés,  une fois pour toute sur la croix. Il a pris sur lui, tous nos péchés, il y a plus de 2000 ans Et, lorsque nous lui demandons aujourd’hui le pardon de nos péchés, c’est le pardon qu’il a obtenu pour nous il y a plus de 2000 ans qui s’accomplit. Il n’y a plus d’effusion de sang ; elle a été faite une fois pour toute au Golgotha.

 

Il en est de même pour la guérison

–       Il est mort pour nos péchés ; il est mort pour nos maladies

–       Ayons l’assurance qu’il a porté nos péchés, qu’il a porté nos maladies, et que tout cela a été accompli SPIRITUELLEMENT, il y a 2000 ans sur la croix du Calvaire.*

Confessez, proclamez que par ses meurtrissures vous avez été guéris.

Confessez que ce qu’il a fait pour vous spirituellement à la croix, s’accomplit maintenant et concrètement dans votre corps. Amen, Alléluia !

Voici cette vérité qui nous rend libre !

Soyez certains que la volonté de Dieu est de nous guérir ; mais pour autant  ce n’est pas magique ! 

–       Pour que cela se réalise, il faut avoir la foi en cette Parole, et de la persévérance (parabole du juge inique).

–       Par ailleurs, il ne faut pas qu’il y ait d’obstacles qui viennent bloquer la concrétisation de votre guérison : pas de doutes, pas de non pardon, pas d’actes de sorcellerie….

Reconnaissez, confessez, proclamez sans vous fatiguer, que « par les meurtrissures de  Jésus nous avons été guéris » ; « par les meurtrissures de  Jésus j’ai été guéri » jusqu’à ce que cela devienne une certitude pour vous et vous verrez la Gloire de Dieu !

Rendons grâce à notre Dieu pour cette guérison qu’il nous a accordée.

Victoire sur le péché, victoire sur la maladie. Amen ! Alléluia !

Frère Ernest

 

Print Friendly, PDF & Email