Méditons avec Louise-Marguerite Claret de la Touche

Nous vivons en Dieu comme les enfants vivent dans le sein de leur mère : ils sont en elle et tout entourés d’elle, ils reçoivent d’elle la nourriture et la vie ; ils dépendent d’elle  et en reçoivent tout ; ils ne font rien d’eux-mêmes et ne sont encore guère moins que le néant ; ils ont des yeux et des oreilles et ils ne voient ni n’entendent leur mère ; ils ont une bouche, mais elle est muette ; ils ont des mains et des bras et ne sauraient ni étreindre ni caresser leur mère. Ainsi sommes-nous en Dieu : nous sommes entourés et enveloppés par lui ; il communique à chaque instant la nourriture et la vie à notre corps et à notre âme ; nous dépendons de lui en toute chose, « sans lui nous ne pouvons rien faire », et s’il est vrai que par le fait de notre création nous sommes sortis du néant, cependant, s’il plaisait à Dieu, nous pourrions y retourner immédiatement.

                                                           Journal intime d’une mystique française Visitandine,

                                                           Béthanie du Sacré-Cœur, p. 58

Pour aller plus loin

Ah ! si notre foi était assez grande pour croire et vivre notre vie la plus ordinaire à la lumière de ce que nous dit ici Louise-Marguerite ! « Nous vivons en Dieu comme les enfants vivent dans le sein de leur mère ; nous sommes entièrement dépendants de lui pour tout comme l’enfant. Au reste, la créature est toujours une toute petite enfant devant Dieu ; bien plus, elle est comme l’embryon dans le sein de la femme qui le porte amoureusement. Non seulement tout petit, dépendant, mais tout enveloppé de Dieu comme Jésus, « lui qui est dans le sein du Père ».

Print Friendly, PDF & Email