«TOUS UNIS même si confinés… »

LA LANGUE 

Source de bénédictions ou de malédictions

Rappelez-vous, il y a de cela quelques mois, des incendies en Australie. Plus de 10 millions d’hectares de forêts ont été brûlés, tuant plusieurs personnes et près d’un milliard d’animaux. Par ces événements, nous pouvons faire un parallèle avec ce verset biblique : « Voyez quel petit feu suffit pour incendier une si grande forêt. La langue aussi est un feu ; c’est tout un monde de mal ! » (Jacques 3:5 ).

Interrogeons-nous ! Mais pourquoi l’apôtre dit-il cela ? Pourquoi accorde-t-on autant importance à ce si petit membre qu’est notre langue ?

1) La langue : un organe important

  • L’origine de la parole                                                                                                                           Si vous observez la création presque tous les animaux possèdent une bouche et une langue. Mais de tous les êtres vivants qui se meuvent sur la planète, seul l’Homme à la capacité de parler. Dieu voulait parmi sa création un être, un partenaire avec qui il pouvait établir une relation dans le but de lui confier des responsabilités. En effet, nous avons été créés à l’image et la ressemblance de Dieu. L’Éternel créa le monde par sa Parole.                                                          « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » Jean 1(1-3)                                                                                              La réalité est que nous pouvons parler parce que Dieu parle. Il n’est pas un Dieu muet comme les idoles et les statues faites de main d’hommes. Dieu a fait toutes choses par Sa Parole et cette Parole c’est Jésus Christ, le verbe de Dieu qui s’est fait chair. Parler est un moyen pour nous de communiquer et d’exprimer nos sentiments.
  • Le lien entre l’homme et sa parole                                                                                                  Et pour bien comprendre la corrélation entre l’homme et sa parole, Jésus dira : « L’homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur, et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor; car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle » Luc 6(45).               Cela veut dire que notre langue révèle ce que l’on a dans le cœur. Elle montre le véritable caractère d’une personne et le niveau de maturité spirituelle de cette dernière. On comprend mieux pourquoi Dieu attache une si grande importance aux paroles qui sortent de notre bouche. Au point que le maître dira : « Or, je vous le déclare, au jour du jugement les hommes rendront compte de toute parole sans fondement qu’ils auront prononcée » Matthieu 12(36).                       Les mots ont une puissance que nous ne réalisons pas toujours. Ils ont une portée qui nous dépasse.

2)    La puissance d’une parole:

  • Les fruits de nos lèvres                                                                                                                  Salomon l’un des hommes le plus sage de la bible a écrit : « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue : qui aime se répandre en paroles mangera les fruits qu’elles auront produits. » Proverbes 18(21).                                                                                                                              Nous avons presque tous déjà prononcé des paroles que nous avons regretté par la suite. Une mauvaise parole peut détruire des relations, briser des couples, lier des générations, provoquer l’échec, la pauvreté…et même la mort.                                                                                             Mon grand-père m’a compté l’histoire d’un homme qui avait la plus belle fille du village. Cette enfant était pour lui une véritable fierté. Elle recevait de nombreuses demandes en mariage d’hommes riches et puissants. Mais au temps des amours, cette dernière connu un vaurien dont elle tomba enceinte. Déçu du comportement de sa fille devenue pour lui un sujet de honte, son père déclara : « J’aurais préféré qu’elle soit morte plutôt que je vive une telle humiliation… ». Puisqu’il en est ainsi, qu’aucune de mes filles ne se marie… En disant cela, cet homme venait d’allumer un feu dont il n’aurait pas la maîtrise. Les conséquences de cette parole furent que sa fille mourut en couche, aucune de ses filles ne se maria, et le drame dans cette histoire fut que les presque toutes les filles de sa lignée demeurèrent dans le célibat ou firent un mauvais mariage.                                                                                                                                             Une parole peut avoir une portée telle que ni les années passées, ni la distance, ni les efforts humains ne peuvent l’altérer, l’effacer ou l’annuler.
  • Une parole peut être immuable et créatrice                                                                                       « Maudit soit devant l’Éternel l’homme qui se lèvera pour reconstruire cette ville de Jéricho ! Il en jettera les fondations au prix de son fils aîné et il en posera les portes au prix de son plus jeune fils (cadet). » Josué 6(26)                                                                                                                 C’est ce qu’a fait Hiel de Béthel au temps d’Achab, le roi maudit, et il l’a payé au prix de ses deux enfants Abiram et Segub. 450 ans séparent ces 2 évènements et depuis cette ville n’a jamais été reconstruite. Certaines paroles sont des paroles de malédiction qui sont toujours actives dans la vie des enfants de Dieu bien que prononcées il y a fort longtemps. Elles doivent être brisées au Nom de Jésus et remplacées par la bénédiction. Les paroles que nous prononçons peuvent nous poser beaucoup de problèmes dans la vie car ce que nous disons aujourd’hui, nous le vivrons demain. La parole est créatrice. Les disciples de Jésus furent étonnés de constater que le figuier qu’il avait maudit la veille fût complètement desséché. Mais Jésus leur révéla un grand principe spirituel : « Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne : Retire-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute pas dans son cœur mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. » Marc 11 (24)                                                                                                          Lorsque que nous sommes confrontés à un problème, au lieu de murmurer, nous lamentant sur notre sort, nous devons prier, parler à nos problèmes, parler à nos montagnes. Une parole prononcée avec conviction et foi finit par s’accomplir. Vous n’imaginez pas combien de fois vous avez empêché la bénédiction de Dieu de venir dans votre vie en ayant des paroles contraires aux promesses de Dieu.                                                                                                                Nous devons apprendre à tenir notre langue ! Parfois, il vaut mieux se taire plutôt que de prononcer des paroles négatives ! Savez-vous que votre langue révèle à qui vous appartenez et de qui vous tenez ?

3)  Quelle langue avons-nous ?

  • La mauvaise langue : animée par le feu de l’enfer                                                                            Notre société vit dans un réel climat de rivalité, de convoitise et d’envie, au point de faire le triste constat que les fausses accusations se multiplient, sans parler des jugements et des critiques. La bible nous met en garde contre pareille attitude dite méprisante : « Ne condamnez pas les autres, pour ne pas être vous-mêmes condamnés. Car vous serez condamnés vous-mêmes de la manière dont vous aurez condamné autrui, et on vous appliquera la mesure dont vous vous serez servis pour mesurer les autres. » Matthieu 7(1-2)                                                            Observons bien que quoique nous fassions, nous sommes toujours critiqués. Il y aura toujours quelqu’un qui nous dénigrera, nous rabaissant ou essayant de nous faire passer pour une mauvaise personne. Certaines personnes sont devenues des spécialistes de la critique envers leur chefs, dirigeants, pasteurs ou bergers…J’en profite pour vous mettre en garde contre le danger de parler négativement contre un serviteur de Dieu. Ce phénomène s’appelle le Lachon Hara (la mauvaise langue en Hébreux). Lorsque Miriam parla négativement de son frère Moïse, elle fut réprimandée par Dieu et punie par la lèpre. Grâce aux prières de Moïse, elle guérit rapidement, cependant elle resta à l’extérieur du camp durant sept jours. Et Aaron, qui avait écouté ses paroles négatives sans protester, fut également puni, mais moins sévèrement. Nombres 12. Soyons attentifs à ne pas ainsi pécher.                                                                     Lorsque que nous parlons négativement contre serviteur de Dieu, Dieu entend ces paroles et nous nous exposons à sa colère. Ne nous dit-il pas ceci : « Ne touchez pas à mes oints, Et ne faites pas de mal à mes prophètes ! » 1 Chroniques 16(22).                                                       En critiquant vous n’obtiendrez jamais ce que vous désirez chez l’autre. Une mauvaise langue peut détruire votre vie et celles d’autrui. Critiquer, médire revient à entacher la réputation de quelqu’un. Cela revient à la voler, à lui faire du mal ; lorsque l’on critique, peu importe les raisons, nous affaiblissons l’autre tout en nous affaiblissant nous-même. C’est comme boire un poison en espérant qu’il fera du mal à l’autre. Mais en réalité nous sommes les premiers à en pâtir. Les plus grands détracteurs de Jésus durant son ministère étaient les pharisiens. Ces derniers furent animés d’une jalousie meurtrière qui les poussa à mentir et à porter des faux témoignages contre lui : « Les principaux sacrificateurs et tout le sanhédrin cherchaient quelque faux témoignage contre Jésus, suffisant pour le faire mourir ». Matthieu 26(59)                                                        Au lieu d’être ses alliés, des personnes sur lesquelles il pouvait compter, ils se sont comportés en redoutables adversaires. Il est intéressant de noter que le diable signifie adversaire. Il est aussi appelé l’accusateur de nos frères. Quand vous critiquez vous vous faites l’accusateur de vos frères. Vous êtes donc comparables au diable puisque vous parlez comme lui. Vous devenez alors une personne qu’il peut utiliser. Ainsi votre langue est animée par le feu de l’enfer. Elle devient un instrument du diable.                                                                                               Comment réagissez-vous face à la critique ? Avez-vous tendance à y répondre aussi par la critique ?                                                                                                                                         On est souvent plus virulent envers les personnes qui nous ont blessé. Si vous sentez la colère monter et avez envie de répondre par la critique quand vous êtes blessé, alors prier Dieu ! Demander lui sa grâce : « Éternel, mets une garde à ma bouche, Veille sur la porte de mes lèvres ! » Psaumes 141(3)   Nous avons besoin de l’aide de Dieu pour ne pas critiquer nos frères et pour qu’il prenne plaisir à utiliser notre langue comme un instrument à sa gloire.
  • La langue de bénédictions : animée par le feu du Saint Esprit                                                         L’apôtre Paul nous lance une très belle invitation : « soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ. » 1 corinthiens 11(1). Le Christ doit être notre unique référence. Nous devons tout faire pour lui ressembler ; parlant, agissant, pensant comme Lui. Quand nous parlons positivement, que nous confessons la parole de Dieu, que nous louons le Seigneur, que nous lui rendions continuellement grâce, notre langue est embrasée du feu du Saint Esprit. Elle devient alors une inépuisable source de bénédictions pour nous même et pour les autres. Les paroles de Christ sont Vérité et Vie. Oui, en effet, l’Homme a besoin des « Paroles de vie » car ces dernières sont essentielles pour notre salut. N’est-il pas écrit la parole suivant : « Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage… » Apocalypse 12(11).                                                                                                                      Nos paroles peuvent faire TOUTE la différence dans ce monde de ténèbres. Nous devons tout faire pour ressembler à Jésus, en ayant des paroles pleines de douceur, d’amour et de miséricorde. N’oublions jamais que nous sommes appelés à être des témoins.

Alors mon frère, ma sœur, toi cher lecteur qui me lit : Aujourd’hui que choisis-tu ?                               Être un instrument de Dieu ou un instrument du diable ? Préfères-tu que ta langue soit animée par le feu du Saint Esprit ou par l’enfer ?                                                                                                 Je prie pour que notre bouche soit un instrument de bénédiction, d’encouragement et de guérison.   Le monde a besoin de chacun de nous !                                                                                             Que Dieu vous bénisse abondamment !

David DELLON

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email