Conseils aux parents

 

CONSEILS AUX PARENTS

« N’hésite pas à corriger ton enfant » Proverbes 23.13 

En matière de dis­ci­pline, votre préoc­cu­pa­tion pre­mière ne doit jamais être votre pro­pre con­fort, mais l’« âme » de votre enfant, c’est-à-dire son esprit, sa volon­té et ses sen­ti­ments ! La dis­ci­pline, ou son absence, peut déclencher une bonne ou une mau­vaise réac­tion en chaîne. Si vos enfants ne respectent pas l’au­torité à la mai­son, ils ne la respecteront ni à l’é­cole, ni face aux insti­tu­tions, ni à l’église, ni même au par­adis. De la rébel­lion con­tre les par­ents pro­créa­teurs à celle con­tre Dieu le créa­teur, il n’y a qu’un petit pas. Pour bien dis­ci­plin­er, le plus tôt sera le mieux. Lorsqu’un enfant est assez âgé pour qu’on lui dise de faire ce qui est bien et qu’il choisit de faire ce qui est mal, il est prêt à être dis­ci­pliné. La Bible ne donne pas de lim­ite d’âge au mot « enfant ». Ce n’est pas parce que votre enfant a l’âge de con­duire, se ras­er ou sor­tir le soir qu’il ne peut pas être cor­rigé. Il est sans doute trop vieux pour la fes­sée, mais il existe d’autres moyens plus effi­caces de dis­ci­plin­er un ado. Si vous lisez atten­tive­ment le livre des Proverbes, vous con­staterez que Salomon par­lait à un fils assez vieux pour rejoin­dre un gang, fréquenter les pros­ti­tuées, s’en­det­ter et s’enivr­er. Il ne par­lait pas néces­saire­ment d’élèves du pri­maire. Con­clu­sion : tant que vos enfants sont sous votre toit, ils sont sous votre respon­s­abil­ité, et vous ren­drez compte à Dieu de la façon dont vous avez util­isé ou non votre autorité.

 « Corrige ton fils, et il te donnera du repos » Proverbes 29.17

 Il y a plusieurs années, les chercheurs ont fait une décou­verte intéres­sante. On sup­po­sait alors que met­tre des clô­tures autour des ter­rains de jeux empêchait les enfants de se sen­tir à l’aise. Sur la base de cette théorie, on décide de sup­primer ces clô­tures pour que les enfants n’aient pas l’impression d’être con­finés. Au grand dam des experts, l’ef­fet inverse se pro­duit. On con­state que les enfants devi­en­nent plus timides. Ils se regroupent au milieu de la cour de récréa­tion et mon­trent un fla­grant manque d’as­sur­ance. Et bien sûr, lorsque les clô­tures sont remis­es en place, les enfants retrou­vent leur ent­hou­si­asme. Que faut-il en retenir ? On a tous besoin de bar­rières, lim­ites con­crètes qui garan­tis­sent une sécu­rité. Les « experts » ont beau pré­ten­dre que les lim­ites freinent la créa­tiv­ité, la réac­tion des enfants prou­ve au con­traire qu’on a besoin d’un cadre pré­cis pour être inven­tif. Vos enfants s’é­panouiront si vous leur don­nez des direc­tives claires. Un père est sur le point de con­fi­er à son fils sa pre­mière voiture. En lui ten­dant les clés, il prévient : « Atten­tion mon garçon, cette voiture est mag­ique. À la pre­mière con­tra­ven­tion, elle dis­paraît ! ». Le moment venu, soyez aus­si clair et pré­cis que ce papa. En résumé : Dieu établit les règles pour réus­sir dans la vie, et il récom­pense ceux qui les suiv­ent. La Bible dit : « Ce livre de la loi ne s’éloign­era pas de ta bouche ; tu y médit­eras jour et nuit pour observ­er et met­tre en pra­tique tout ce qui y est écrit, […] c’est alors que tu réus­sir­as » (Jos 1.8).

« Oriente le jeune garçon sur la voie qu’il doit suivre » Proverbes 22.6

 La Bible dit : « Ori­ente le jeune garçon sur la voie qu’il doit suiv­re ; même quand il sera vieux, il ne s’en écartera pas ». En fait, si cer­tains principes uni­versels s’appliquent à tous les enfants, il n’y en a pas deux pareils, et c’est une erreur de faire comme s’ils l’étaient. Par­ents, vous com­met­tez deux erreurs récur­rentes. 

1) Vouloir forcer votre enfant à marcher sur vos traces. Même si vous avez été le roi du foot au lycée, votre fils n’aura pas for­cé­ment envie de suiv­re votre exem­ple. Et le sim­ple fait d’avoir eu un jour la note max­i­mum en classe ne veut pas dire que vos enfants sont capa­bles d’avoir 20 de moyenne. Certes il n’est pas ques­tion de tolér­er ou de récom­penser la paresse, mais vous devez accepter que tous les enfants ne soient pas égale­ment doués sur le plan sportif ou intel­lectuel. 

2) Vouloir reporter sur eux vos pro­pres ambi­tions. Ne cherchez pas à revivre votre exis­tence à tra­vers vos enfants. Vous avez eu votre chance, et ce n’est pas parce que vous n’êtes pas devenu sportif pro­fes­sion­nel que vous devez forcer votre fils ou votre fille dans cette direc­tion. La Bible dit : « Ori­ente le jeune garçon sur la voie qu’il doit suiv­re », et ce n’est pas néces­saire­ment la vôtre. Il y a trois points essen­tiels à enseign­er à vos enfants : se con­naître soi-même, s’aimer comme on est, être soi-même.

Prière :

Merci Jésus de m’aider à bien éduquer mes enfants.

Bob et Debby Gass

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email