JESUS NOUS PARLE DE L’APOTRE SELON SON COEUR

         JESUS NOUS PARLE DE L’APOTRE SELON SON CŒUR

                                                                              « La moisson est abondante mais les ouvriers                                                              sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson                                                                   d’envoyer des ouvriers pour sa moisson »(…)Luc 10 ,1-9

Jésus nous parle de l’apôtre selon son cœur et nous le décrit dans les conseils qu’Il adresse lui-même à ses disciples.                                                                                                                                               

On n’annonce jamais Jésus seul. Au moment de la mission des 72 disciples, Jésus les envoie, deux par deux. Il veut qu’ils s’entendent dans ce témoignage porté sur Lui. Et, « envoyés  » ils marchaient en éclaireurs, devant Lui.

Ce ne sont pas eux qui prêchent, mais c’est le Seigneur qu’ils proclament, en toute cité et en tout lieu. C’est un des principes de Jésus; ce sont les chrétiens qui préparent sa venue en tout lieu.

« Le Seigneur désigna 72 disciples et les envoya devant Lui, deux par deux, en chaque ville et localité où Il devait Lui-même se rendre »

Puis, devant l’immense détresse spirituelle des hommes, devant la pénurie d’ouvriers, retentit le cri du Seigneur-Jésus : « Demandez au Maître de la moisson, au Père, d’envoyer des ouvriers à sa moisson… » Nous oublions trop que c’est le Père qui, à notre prière, envoie les ouvriers à la moisson !

« Allez, voici que Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse ni besace, ni chaussures, et ne saluez personne sur le chemin. »

Jésus décrit ici la liberté d’esprit et l’allure de celui qui veut annoncer le Royaume. Il a besoin de se libérer de toute attache et de toute possession. Inutile d’emporter un monceau de bagages ni de rechercher de multiples relations. La seule richesse que l’apôtre doit emporter dans ses bagages, c’est la Bonne Nouvelle du Royaume. L’apôtre sera pauvre dans ses relations, pauvre de puissance et d’influence, car il s’agit pour lui de s’appuyer sur Dieu et non pas sur l’amitié humaine pour annoncer le Royaume.

L’apôtre sera doux. La rudesse n’est pas une vertu apostolique. Douceur ne veut pas dire faiblesse, mais elle veut dire compréhension. « Comme un agneau parmi les loups… » Il veut l’apôtre messager de paix et non discutailleur. La rudesse est si commode !

« Et dans quelque ville que vous entriez et où l’on vous aurait reçus, mangez ce qui vous sera servi »

Il veut des gens simples, qui ne fassent pas de manières et acceptent, sans façons, ce qu’on leur offrira. D’ailleurs, comme tout travailleur, l’apôtre mérite son salaire et n’a pas à en rougir. Il n’est pas un fainéant, un inutile. Mais qu’il ne court de fête en fête, de dîner en dîner, de maison en maison !

Une autre des recommandations essentielles de Jésus aux apôtres : C’est de guérir les malades ; il y a bien des manières de guérir les malades. Il y a celle du médecin, bien utile ! Mais Jésus donne une clef toute différente aux siens :

« Guérissez les malades… et dites-leur : le Règne de Dieu est proche de vous »

Oui, le Royaume de Dieu est tout proche, il est à l’intérieur de ceux qui souffrent. Ils sont tout près de ce Royaume ! Ils brûlent. Et il suffit de le leur dire, afin qu’ils s’unissent à la Rédemption et à la croix du Seigneur et que, sarments, ils se sentent  ou sont de ce même cep planté par le Père.

 “Mon Père est le vigneron…Et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde afin qu’il porte du fruit davantage”

Ce dernier conseil donné à ses apôtres nous révèle les préoccupations de son cœur. Le mystère de la souffrance ne nous éloigne pas du Règne de Dieu, mais nous en rend plus proche. Voilà pourquoi Il a voulu prendre lui-même le chemin de la souffrance pour l’expliquer à nos cœurs.

” Il faut que le fils de l’homme souffre beaucoup “

Ce ne sont pas les raisonnements qui nous aident dans la maladie, mais l’amitié d’un Dieu qui a su souffrir.

Il y a, enfin et surtout, une étonnante unité entre l’apôtre et le Seigneur, car l’apôtre puise sa force et sa vitalité jusque dans la Trinité à travers Jésus :

” Ceux qui vous écoutent m’écoutent, celui qui vous rejette me rejette ; or, celui qui me rejette rejette Celui qui m’a envoyé. Mais celui qui vous reçoit me reçoit. Celui qui me reçoit reçoit Celui qui m’a envoyé.”

Etonnant destin !                                                                                                                                       Père Gabriel, www.hozana.org

 

Print Friendly, PDF & Email