Ce qu’implique la Repentance

                                    CE QU’IMPLIQUE LA REPENTANCE                                     

“La tristesse selon Dieu produit un changement radical qui mène au salut.” 2 Co 7. 10

Deux mots grecs du Nouveau Testament sont traduits par repentance. Le premier metanoia se trouve dans la bouche de Jean le Baptiste quand il “prêchait le baptême de repentance pour le pardon des péchés” (Mc 1. 4). Ce mot veut dire changement radical de pensée, ou d’opinion. Le deuxième concerne Judas qui, après la condamnation de Jésus, “se repentit, et rapporta les trente pièces d’argent… en disant : j’ai péché…” (Mt 27. 34). Ce mot signifie avoir des remords. Le théologien A. Robertson a fait remarquer que Judas n’a exprimé que des regrets, et “ces regrets n’étaient pas suffisants pour démontrer un vrai changement de pensée et de manière de vivre (metanoia).” La vraie repentance exige de reconnaître ses péchés, demander le pardon de Dieu, puis changer de manière de pensée et de mode de vie. C’est rebrousser chemin quand vous vous rendez compte que vous avez pris le mauvais chemin. Si, à un croisement vous avez pris à gauche, pour retrouver le bon chemin, celui de droite, vous devez faire exactement le même chemin en sens inverse, jusqu’au croisement. Remarquez qu’une telle exigence enseigne patience et humilité. Job, lui un homme droit et intègre, s’écrie : “Je me repens sur la poussière et sur la cendre…” (Jb 42. 6). Job n’avait pas à avoir des remords à propos de péchés, pourtant il s’humilie devant Dieu et reconnait la grandeur divine. Sa manière de penser à propos de Dieu et son mode de vie ne seront plus les mêmes qu’avant. Satan fera son possible pour vous convaincre que revenir en arrière est futile, que Dieu ne vous a pas attendu et vous a abandonné, que Sa grâce ne peut plus rien pour vous. Ce qui est un mensonge, car “que le méchant abandonne sa voie… qu’il revienne au Seigneur, qui aura compassion de lui…” (Is 55. 7). Qu’attendez-vous ?

“Moi, Je reprends et Je châtie tous ceux que J’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi !” Ap 3. 19  

Le plus beau chant de repentance est sans doute le psaume 51 où David décrit les étapes de son changement intérieur après sa faute avec Bathchéba. Examinons-les :                                               1- Il reconnaît enfin la noirceur de son péché. “O Dieu ! Fais-moi grâce selon Ta bienveillance… efface mes crimes ; lave-moi complètement de ma faute, et purifie-moi de mon péché. Car je reconnais mes crimes, et mon péché est constamment devant moi” (v. 3-5). Notez que David ne se condamne pas en tant que personne, mais qu’il reconnaît ses crimes. C’est un point que ne comprennent pas les non-croyants : détester le péché ne signifie pas détester le pécheur. L’autoflagellation de certaines religions n’est pas un concept biblique.                                              2- Il implore le pardon divin et la purification de son péché : “Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige” (v. 9). Dieu est seul capable de nous restaurer, de nous purifier. Rien de nos actions ne saurait abolir nos péchés. David aurait facilement offert tous les sacrifices possibles et imaginables s’ils avaient pu effacer ses crimes. Il savait que cela était impossible.                                                                                                             3- Il recherche la présence de Dieu. “O Dieu ! Crée en moi un cœur pur… Ne me rejette pas loin de Ta face, ne me retire pas ton Esprit Saint” (v. 12-13). Pierre qui venait de renier son Maître “sortit, et dehors il pleura amèrement” (Mt 26. 75). Un cœur brisé est la preuve d’humilité que Dieu souhaite voir en nous : “Le Seigneur est proche de ceux qui ont le cœur brisé” (Ps 34. 18).             4- Il annonce sa décision de changer sa manière de vivre. “J’enseignerai tes voies à ceux qui se révoltent, et les pécheurs reviendront à toi. O Dieu, Dieu de mon salut ! délivre-moi du sang versé, et ma langue acclamera Ta justice… Ouvre mes lèvres, et ma bouche proclamera Ta louange “v. 15-17). Oui, Dieu peut toujours se servir d’un cœur vraiment repentant !                     Bob Gass                                                                                                                                            https://saparole.com/

Print Friendly, PDF & Email