Méditons avec Saint Jean-Marie Vianney

(…) Ce n’est que par la prière que tous les justes ont eu le bonheur de persévérer.

La prière est à notre âme ce que la pluie est à la terre.

Fumez une terre, tant que vous voudrez ; si la pluie manque, tout ce que vous ferez ne servira de rien. De même, faites des bonnes œuvres tant que vous voudrez ; si vous ne priez pas souvent et comme il faut, jamais vous ne serez sauvés ; parce que la prière ouvre les yeux de notre âme, lui fait sentir la grandeur de sa misère, la nécessité d’avoir recours à Dieu, elle lui fait redouter sa faiblesse.

Le chrétien compte pour tout sur Dieu seul, et rien sur lui-même.

                           

Pour aller plus loin

Prier, c’est consentir à partir au désert pour y affronter l’aridité spirituelle. C’est sans doute pourquoi nous sommes tentés par l’activisme, croyant pouvoir remplacer l’amour de Dieu par le service du prochain. Certes la vérité de notre amour de Dieu se vérifie aux œuvres qu’il produit ; mais pour que celles-ci soient l’expression de la vertu théologale de la charité et non une simple philanthropie, il faut qu’elles soient accomplies en synergie avec l’Esprit, qui se donne précisément dans la prière.

Parole et Prière n°59 mai 2015

Print Friendly, PDF & Email