Que signifient les autres titres de Jésus ?

QUE SIGNIFIENT LES AUTRES TITRES DE JESUS : MESSIE, SEIGNEUR, FILS DE L HOMME, RABBI ?

Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l’agitation, et disait : «Qui est cet homme ?» Et les foules répondaient : «C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée.» (Matthieu, 21, 1-11)

Mais qui est Jésus ? Si on parcourt les Évangiles, on lit ici qu’il est appelé Messie, ailleurs qu’on le nomme Seigneur ou encore qu’il se donne le nom de  Fils de l’homme. Pourquoi ces différents titres ? Parler « des autres titres » de Jésus signifie qu’il y en a un de privilégié, celui de « Fils de Dieu » qui traduit son identité profonde. Les autres titres, attribués par les disciples ou par la foule ne font qu’éclairer ou préciser tel ou tel autre aspect de sa personne et de son comportement.

Jésus est appelé Messie –ce mot ayant le même sens que Christ – parce que les foules reconnaissent en sa personne celui qu’Israël attend pour être restauré pleinement dans sa plénitude de Peuple de Dieu. Avant Jésus, dans l’Ancien Testament, cette appellation était attribuée aux rois d’Israël ou aux grands prêtres considérés comme les représentants directs de Dieu. Par ses paroles et ses actes, Jésus ouvre pour son peuple un nouvel horizon d’espérance. C’est dans l’évangile de Saint Jean que le terme apparaît surtout. Dans la rencontre avec la Samaritaine, celle-ci dit : « Je sais qu’un Messie doit venir, celui qu’on appelle Christ », et Jésus lui répond : « Je le suis, moi qui te parle ». (Jean 4, 25-26)

Le titre de Seigneur est habituellement réservé à Dieu : Exode 19, 7-11 ; Marc 12,29-30 ; Luc 1,28 « Je suis la servante du Seigneur. » Lorsqu’il est donné à Jésus c’est parce que l’on reconnaît en lui l’envoyé de Dieu. Dans les évangiles, l’utilisation de ce terme en rapport avec Dieu est quasi constante, y compris dans la bouche de Jésus : « l’Esprit du Seigneur est sur moi » (Luc 4,18). Mais il devient habituel pour s’adresser à Jésus de la part de la foule – « Seigneur, fils de Dieu, aie pitié de nous« (Matthieu 20,30) – ou de ses disciples : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici » (Matthieu 17,4). Jésus acceptera et revendiquera même ce titre dans le récit du lavement des pieds : « Vous m’appelez « le Maître et le Seigneur » et vous avez raison car je le suis » (Jean 13,13)

L’expression Fils de l’Homme apparaît seulement dans la bouche de Jésus pour évoquer sa propre personne et sa mission. C’est incontestablement le titre qu’il privilégie et il l’utilise très fréquemment (82 fois dans les évangiles) : « Le Fils de l’Homme est maître, même du Sabbat » (Marc 2,28) ; « Le Fils de l’Homme va être livré aux mains des hommes » (Luc 9,44). Ce titre renvoie à l’image du Fils d’Homme dans le livre de Daniel 7,13 : « Je regardais dans les visions de la nuit, et voici qu’avec les nuées du ciel venait comme un Fils d’Homme. » Cette référence permet à Jésus de faire comprendre à ses disciples, en dépit des épreuves et des obstacles, la dimension transcendante et glorieuse de sa personne et de sa destinée.

Monseigneur André Dupleix
www.jesuscatholique.fr
 
Print Friendly, PDF & Email